Démarche

 

Ma recherche est un questionnement sur la réalité. Comprendre le monde serait vain car « il est bien plus étrange que nous sommes en mesure de l'imaginer », selon John Eccles, un scientifique australien.

 

Au-delà de notre corps, de notre énergie, de nos émotions, de nos pensées conscientes et inconscientes, il y aurait quelque chose de profond en nous : un Soi intime lié à une conscience universelle que l'on trouverait à l'origine de l'univers. La spiritualité est ce qui, à travers l'homme, relie l'univers manifesté que nous connaissons à ce qu'Einstein appelait l'Ailleurs. Selon la philosophie indienne, Sâmkhya est une réalité non-manifestée de l'univers en amont du monde manifesté qui nous est familier, une énergie cosmique sans forme mais contenant toutes les potentialités de la manifestation. Le Big Bang serait parti d'un point de cet univers non-matériel stable, d'une singularité ou "instanton", et de lui découlent l'espace-temps et la matière.

 

Le Sâmkhya correspond à la limite connue par les scientifiques occidentaux, le mur de Planck (10 -33 m pour l'espace et 10 -43 s pour le temps), ce point en deçà duquel on passerait à une 5e dimension défiant notre entendement.

 

 

Toute notre réalité serait donc l'émergence manifestée d'une réalité quantique sous-jacente. Notre réalité n'est qu'illusion signifiante pour notre cerveau. Pour avancer dans  la connaissance, je privilégie la manière sensorielle, intuitive et expérimentale. C'est pourquoi j'ai appréhendé le monde minéral, qui m'a toujours laissée admirative, par le jeu musical sur roches ("Picto tempo"). Ensuite, émerveillée par la diversité des formes rencontrées dans la nature, j'ai réalisé un travail de morphogenèse, à base d'eau, de liants et de pigments sur toile. Le mouvement, la danse, la musique, sont présents également dans mes travaux.

 

Mon précédent travail se trouve sur : art-contemporain.com

 

En quittant Paris et en arrivant dans l'Allier, ma quête sur le mystère de la Vie a pris un second souffle. J'ai choisi instinctivement l'appareil photo pour capturer l'énergie et ce que pouvaient révéler les paysages, êtres vivants, et n'ai découvert qu'ensuite la notion de "Perception extra-sensorielle" (E.S.P.) qui se vérifie sur certains visiteurs de mes expositions. Avec ces images, je cherche ensuite à construire un petit univers, avec des apports comme l'écriture : le livre.

 

J'aimerais renouveler une collaboration avec des danseurs et l'élargir à des musiciens, vidéastes, poètes, philosophes, scientifiques : vos propositions sont les bienvenues !

 

 


Biographie

 

De formation scientifique (géologie puis informatique), j'ai d'abord travaillé dans le développement de logiciels et le conseil informatique. Mais passionnée par l'art depuis très jeune, j'ai décidé d'en faire mon activité principale en l'an 2000. Après avoir suivi des cours intensifs et profitant de résider à Paris à ce moment-là pour me nourrir d'expositions, j'ai commencé à exposer en Saône-et-Loire où je suis née (en 1969), puis un peu partout en France, en galerie ou autre lieu privé et en salon comme le Salon de Montrouge (92) en 2006.

 

Ces années ont été riches en rencontres et expérimentations : dessin-musical (Picto tempo, technique dont je suis l'auteur), peinture à l'encre, à l'acrylique (grands formats). L'année 2008 marque un tournant puisque après avoir participé à des ateliers « livres d'artistes », j'ai préféré montrer mon travail sous forme de livres où le dessin et la photographie ont fait leur apparition. En plus des huit titres produits en édition d'artiste, j'ai participé à deux livres produits par la Maison populaire de Montreuil-sous-Bois et la Fabrique des illusions (93) en 2009.

 

Entre 2010 et 2015, en plus du temps consacré à mes trois enfants, d'autres activités se sont ajoutées. En effet, j'ai animé des ateliers d'arts plastiques en école primaire et en milieu hospitalier pour la Ville de Paris. Entre 2009 et 2013, j'ai également assuré le commissariat d'exposition et la médiation du Parcours d'art contemporain de La Clayette (71). D'autre part, souhaitant soutenir le travail d'autres artistes, j'ai créé en 2014 un collectif d'amateurs d'art, Graphènes (www.graphenes.fr).

 

L'arrivée dans l'Allier fin 2015 a permis de nouvelles explorations, de nouvelles rencontres. Début 2016, la Fabrique Poïein a édité mes nouveaux livres (photographies et textes) et je participe à quelques expositions; j'en organise aussi.

 

 

Pour finir, quelques grands artistes que j'admire : Miro, Tàpies, Klee, Misonne et Puyo et les photographes pictorialistes, et pour les plus contemporains Penone, Altmejd, Reims, Laïb, Hollan, etc.